Perte d'autonomie, les inégalités teritoriales demeurent13/05/2019  



La proportion de personnes en perte d’autonomie à leur domicile est plus forte dans les départements où l’offre d’EHPAD est plus faible, indique la DREES (Ministère de la santé) dans une étude qui compare la situation, selon les départements, des personnes âgées en perte d’autonomie vivant à domicile. En clair, les personnes en perte d’autonomie restent chez elle par manque d'Ehpad. Dans l’ouest de la France (Bretagne, Pays de la Loire, Centre-Val de Loire), jusqu’aux départements de l’ouest de l’Ile-de-France, les prévalences de la perte d’autonomie à domicile sont faibles, et s’accompagnent d’un faible recours à l’aide professionnelle et de l’entourage. C’est l’inverse dans les départements d’outre-mer, du nord et nord-est de la France, et d’une grande partie de la moitié sud : la perte d’autonomie à domicile y est plus fréquente, et s’accompagne d’un plus fort recours à l’aide.


 Autres articles sur le même sujet :
Les contrats collectifs dopent les complémentaires santé et prévoyance

En 2016, le marché de la complémentaire santé et de la prévoyance a été porté par les contrats collectifs.

Y a-t-il assez d’EHPAD ?

Le site Logement-seniors.com dresse un panorama des EHPAD.

Pensions d'invalidité et pensions de retraite

Un décret publié au Journal officiel aménage la transition entre pension d'invalidité et pension de vieillesse pour les personnes en recherche d'emploi alors qu'elles ont atteint l'âge légal de départ à la retraite (62 ans).

Assurance-chômage, ce qui vous attend en septembre !

Les partenaires sociaux ont réussi à s'accorder sur un texte qui constituera la prochaine convention d'assurance-chômage qui entrera en vigueur à partir du 1er septembre 2017.

Assurance-vie : Changement de clause bénéficiaire sous surveillance

Une personne sous curatelle ne peut pas modifier seule la clause bénéficiaire de son assurance-vie. Le juge veille au grain !

La perte d'autonomie, un sujet clé qui reste tabou

De manière générale, les Français parlent peu des risques auxquels ils pourraient être confrontés, c’est particulièrement vrai pour la perte d’autonomie puisque 65 % n’en ont jamais parlé à leur famille.