Loi Pacte : Le delai pour débloquer un contrat d'assurance-vie est de 15 jours après le décès17/06/2019  




Après réception de l’acte de décès et des coordonnées du bénéficiaire d’un contrat d’assurance vie, l’assureur dispose de 15 jours pour lui demander l’ensemble des pièces nécessaires au paiement et, à réception des documents, d’un mois pour verser l’argent. Or, tant que le dossier n’est pas complet, le délai d’un mois ne démarre pas. En cas de non-respect de ce délai de 15 jours, la loi Pacte précise désormais que le capital non versé produit de plein droit un intérêt au double du taux légal durant un mois puis, à l’expiration de ce délai, au triple du taux légal. Le taux d’intérêt légal applicable aux créances des particuliers est de 3,40 % depuis le 1er janvier 2019. Il sera modifié le 1er juillet 2019.


 Autres articles sur le même sujet :
Terrain agricole : comment éviter la préemption ?

Il est possible de vendre ou d'acheter des terrains agricoles en échappant au droit de préemption de la Safer. Tel est le cas, selon la Cour de cassation, si la vente regroupe à la fois des biens agricoles et des biens non agricoles.

Le calcul des droits de succession de l'assurance-vie est constitutionnel

Le Conseil constitutionnel a, sans réserve, déclaré conforme à la Constitution l'article 757 B du Code général des impôts qui prévoit que, en matière d'assurance-vie, les sommes versées au décès de l'assuré à un bénéficiaire déterminé sont soumises aux droits de succession.

Comment bénéficier du régime des sociétés mères ?

L'une des conditions, pour bénéficier du régime des sociétés mères (CGI art. 145 et 216), est de détenir au moins 5 % des titres représentant le capital social de la société émettrice.

Assurance-vie : Changement de clause bénéficiaire sous surveillance

Une personne sous curatelle ne peut pas modifier seule la clause bénéficiaire de son assurance-vie. Le juge veille au grain !

Un testament dicté par oral est-il valide ?

Un testament manuscrit doit être entièrement rédigé, daté et signé de la main du testateur.

Quand prêter c'est donner !

Un prêt sans intérêt consenti par une personne très âgée est un don, selon la Cour de Cassation.